Interview with Catuvolcus

Français: (ENGLISH VERSION BELOW)

1 – Hailsa Catuvolcus! Merci pour votre temps. Premièrement, votre groupe me semble assez récents alors pouvez vous introduire votre groupes à nos lecteurs?

Segomaros: Salutations Païennes, pour faire une courte histoire, j’ai commencé le projet de Catuvolcus comme un one-man-band en novembre 2007. Dès lors, je me suis mis à composer des titres qui se sont retrouvés sur ma première démo intitulé “Old Rituals for Camulos”. J’étais bien jeune lors de ces première compositions et la démo ne reflète plus vraiment la musique de Catuvolcus, pour ce qui est des paroles rien n’a changé, juste prendre le titre de la démo pour comprendre qu’il s’agissait déjà la d’un projet païen. Cette sortie extrêmement limité m’a permis de faire la rencontre de Vicegaard qui sera le futur batteur de Catuvolcus. Nous nous sommes donc rencontré vers fin aout 2008, puis en octobre nous avons enregistré une chanson à titre promotionnel. Voyant que notre musique était appréciée, j’ai décidé de construire un premier album concept intitulé Vae Victis. En décembre 2008, Darkhos a joint nos rangs en tant que guitariste, il a appris toutes les compos pour ensuite les enregistrer durant la période de janvier-février 2009. Nous avons effectué notre première prestation scénique en février 2009 qui fut pour nous très encourageante. En Mai de cette année notre premier album est sortit. Suites a quelques complications, nous avons changé de bassiste et avons fièrement accueillit Divico. Nous sommes prêts à continuer le combat !

2 – Vous avez sortis il n’y a pas si longtemps votre premier album ‘’Vae Victis’’, pouvez vous nous faire part de ce qui se cache derrière cet opus? À quoi pouvons-nous nous attendre de cet album?

Vicegaard : Et bien il s’agit d’un album de 8 pièces totalisant plus d’une quarantaine de minutes de matériel. Il faut dire que parmi ces 8 pièces se trouvent une composition d’introduction et une autre composition instrumentale pour clore l’album. Une reprise de la démo s’y trouve également pour la pièce «Gal-Gal». Le reste des compositions sont un métal noir païen teinté de passages acoustiques et parfois plus folkloriques. Par contre, mis à part une touche de guimbarde, aucuns instruments folkloriques n’ont été utilisés et les apparitions de claviers sont très brèves. Étant donné que plusieurs compositions sont déjà terminées pour les sorties futures, nous pouvons dire sans nous tromper que le côté plus folk de «Vae Victis» laissera davantage place a une ambiance païenne à l’avenir, bien que nous soyons fier de notre premier opus.

3 – Pourquoi avoir choisi de sortir cet album par vous même plutôt que sur un label déjà établi?

Vicegaard : Et bien étant tous jeunes et encore aux études, nous avions l’immense avantage de disposer du temps nécessaire à la préparation et à la sortie de l’album par nous même. Nous avons donc choisit d’investir pour l’enregistrement (qui est fait maison) et pour l’impression, la promotion, etc. Il est clair que de cette manière nous avions une totale liberté et aucuns échéanciers, ce qui nous a permis d’explorer et de prendre notre temps pour la sortie de cet album. Aussi, il faut dire que bien que nous connaissions la scène, nous avons cru bon d’attendre et de ce faire quelques contacts avant de s’associer à un label quelconque. Ainsi, bien que la qualité de production de l’album en ait un peu souffert, nous sommes fiers de notre produit fait maison duquel nous pouvons tirer tout le mérite.

4 – Catuvolcus est un groupe Païen, par contre je trouve ça intéressant de voir que contrairement à la majorité des autres groupes du Vinland, vous vous consacrez au Paganisme Gaulois. Qu’est-ce qui vous attire vers les croyances Gauloises? Pourquoi avez vous choisi de prendre le chemin des Celtes plutôt que celui des peuples Germaniques/Scandinaves?

Segomaros: Étant d’origine française, je ne peux nier mes origines gauloises, je ne peux m’adonner a faire une musique avec une essence germanique car je ne viens pas de ce coin là. Avec Catuvolcus, c’est une commémoration de ce qu’était la vie de nos ancêtres, qui pour la survie de leur peuple, traditions et leur croyances on combattu l’envahisseur. C’est un passage de l’histoire que personne ne devrait oublier car la plupart des Québécois d’origine européenne sont des celtes et par extension des gaulois.

Vicegaard : Lorsqu’on s’y intéresse, on réalise que le paganisme celte et scandinave prône des valeurs assez proches, alors le contraste n’est pas immense et les thèmes sont souvent très ressemblants. Avec le nombre incroyable de groupes faisant l’éloge de leurs ancêtres germaniques, nous avons donc décidé d’opter plutôt pour un métal païen gaulois pour faire connaitre leurs légendes, leurs dieux et leurs batailles au même titre que ces autres groupes. Il est certain que la tradition orale qui substituait l’écriture à l’époque de la Gaule pré-romaine rend les choses difficiles car les écrits dont on s’inspire sont très peu nombreux et souvent d’origine extérieure, mais je crois que nos paroles transmettent tout de même efficacement notre passion pour ce grand peuple.

5 – À part le Paganisme, qu’est-ce qui influence l’art de Catuvolcus au niveau musical et idéologique/lyrique?

Segomaros : Musicalement, nos influences sont variées mais toujours ciblées dans le pagan/black métal, le black métal et le vrai folk métal. Parmis les connus, Bathory, Drudkh, Otyg, Enslaved, Chur, Falkenbach, Kroda, Odal, Wolfsmond, Halgadom et j’en passe. Les paroles sont souvent inspirées historiquement, la référence principale est la Guerre des Gaules par César, sinon nos lectures principalement des livres sur nos origines indo-européennes et l’histoire des peuples celtes.

Vicegaard : Bien, comme tout groupe nous sommes composés d’individus aux visions et aux goûts différents. Mis à part le paganisme, il est certain que des œuvres nous ont beaucoup marqués chacun de notre côté autant pour l’aspect musical qu’idéologique. Par exemple, je m’inspire beaucoup de mes lectures en poésie et en philosophie pour la composition des paroles, alors que Darkhos apporte son lot de connaissance en théorie musicale pour la composition.

6 – Voici une question posée à tous les artistes Québécois qui passe en entrevue avec nous: En tant que Québécois, que pensez-vous du mouvement nationaliste au sein de la scène métal Québécoise? Croyez-vous en l’indépendance du Québec?

Segomaros : Je trouve ca vraiment bien, il ne faudra jamais oublier le fait que le québécois (pas tous bien sûr) a un esprit qui est propre aux Gaulois. Ce peuple a toujours été indépendant, ils ne s’unissaient que pour vaincre l’ennemi et ensuite ils retournaient tous et chacun dans leurs propres villages et tribus. Le québécois nationaliste devrait s’unir pour arriver a un objectif: un pays libre. Mais a notre époque, il est bien difficile, d’avoir a ses côté des personnes fiables et qui ont tous un même idéal.

Vicegaard : Concernant le nationalisme québécois, nous en avons tous une vision bien personnelle. Pour ma part, je crois qu’un des plus grands défauts de notre peuple est l’ignorance sur le plan politique. Dans le système d’éduction actuel, nous sommes une des seules provinces au monde où on forme des étudiants de niveau universitaire sans leur avoir fait suivre un cours de politique. C’est ironique au même titre que le slogan «Je me souviens» qui entre en contradiction avec le fait que lorsqu’on veut vraiment connaitre notre histoire il faut chercher très loin et que certains évènements sont presque cachés aux yeux du québécois moyen. Pour une nation forte, cela prend des citoyens instruits et j’ai l’impression que la majorité ne comprend pas le nationalisme dans son ensemble. Sans vouloir être défaitiste, j’ai perdu espoir en réalisant à quel point les gens tendent vers la facilité et l’inaction. Je suis déçu chaque fois que j’aperçois un supposé-nationaliste boire de la Sleeman à la St-Jean Baptiste en brandissant un drapeau fait en Chine. Étant un groupe païen, on peut difficilement se détacher du principe de fierté de ses origines, mais il en revient à chacun de croire en ce projet de pays libre, qui je l’espère continuera d’être au centre des débats.

7 – Quel sont vos projet d’avenir? Une nouvelle sortie peut-être?

Nous sommes présentement en pleine session d’enregistrement pour un nouveau MCD qui apparaitra d’ici la fin de l’année 2009. Celui-ci comportera 4 pièces, dont 3 nouvelles et une reprise du premier album. Il sera tiré à un nombre d’exemplaires limité et encore une fois l’opus sera auto-produit. Nous avons l’intention de nous produire sur scène le plus possible pour promouvoir nos sorties.

8 – Merci de votre temps, le mot de la fin vous appartiens!

Merci pour cette interview! GLOIRE AUX CELTES !

———————————–

English:

1 – Hailsa Catuvolcus! Thanks for your time. First of all, your band seems quite young so can you introduce it to our readers?

Segomaros: Heathen Regards! To make it short, I started Catuvolcus as a one-man band in November 2007. From there I started writing songs that can be found on my first demo called “Old Rituals for Camulos”. I was really young at that time and this demo doesn’t represent Catuvolcus’ music anymore. Nothing changed for the lyrics though, you just need to check out the titles to realize that it was already a Pagan band. This extremely limited release allowed me to meet with Vicegaard which later became the drummer. We met in the end of August 2008, then in October we recorded a promo track. Seeing that our music was appreciated, I decided to create a concept album entitled ‘’Vae Victis’’. In December 2008, Darkhos joined our ranks on guitars. He learned all the songs and then recorded them during January and February 2009. We made our first live gig in February 2009, and it was really encouraging. In May, our first album was released. Following some problems, we changed our bass player and proudly introduced Divico. We are ready to continue to fight!

2 – Vous avez sortis il n’y a pas si longtemps votre premier album ‘’Vae Victis’’, pouvez vous nous faire part de ce qui se cache derrière cet opus? À quoi pouvons-nous nous attendre de cet album?

Vicegaard : Well, it is an 8 piece album that lasts around 40 minutes. It’s important to point out that among those 8 tracks you can find an intro and an instrumental outro. A re-recording of a demo track, ’’Gal-Gal’’  can also be found. The rest of the album is Pagan Black Metal with accoustic and sometimes folkloric passages. But, besides some mouth harp, no other folk instruments were used and keyboards only appear briefly. Since some new material is already finished for future releases, we can say without a doubt that the more ‘’folkish side’’ of Vae Victis is now leaving more of a ‘’Pagan atmosphere’’, even if we are still very proud of our first opus.

3 – Why did you chose to release this album by yourself instead of going with an already établisse label?

Vicegaard : Well, being Young and still studying, we had the immense advantage of having all the time necessary to prepare and release this album by ourselves. We decided to invest for the recording (homemade) and for the pressing/promotion etc… It is clear that this way we had a total freedom and no deadline, something which allowed us to explore and take our time to release this album. I should point out that although we already knew the scene we thought it would be good to wait and make a few contacts before associating with any label. Thus, even if the production quality might have suffered from this, we are proud of our homemade product and we can have all the credits.

4 – Catuvolcus is a pagan band, however, I find it really interesting that unlike most Vinlandic bands, you have decided to concentrate on Gaulish (celtic) Paganism. What attracts you towards it? We did you chose to take the Celtic path instead of the Viking one?

Segomaros: Being of French origin, I can’t deny my gaulish origins. I can’t do a music with a Germanic essence because I’m not from there. With Catuvolcus, it is a rememberance of what our ancestors’ life was, and whom for the survival of their people, traditions and believes they fought the invaders. It is a part of history that no one should forget since most Québécois are Celts, thus Gaulish.

Vicegaard : When we look closer, we can realize that Celtic and Germanic paganism have a lot of common calues, so the contrast is not that big and the themes are really similar. With the incredible amount of bands praising their Germanic ancestors, we decided to create a Gaulish Pagan Metal instead, to spread the legends, gods, wars in the same ways than the other bands. It is certain that the aural tradition that was replacing the written form in the pro-romain days of Gaul makes things quite hard since the writtings that inspires us are in very small amount and from outside sources. But I think that our lyrics are still transmitting in an efficient way our passion for this great Folk.

5 – Besides Paganism, what influences your art, musically and lyrically?

Segomaros : Musically, our influences are varied but still inside Pagan/Black Metal and real Folk Metal. Among the better known, Bathory, Drudkh, Otyg, Enslaved, Chur, Falkenbach, Kroda, Odal, Wolfsmond and many more. The lyrics are mostly inspired by history, the principal reference being ‘’The War of the Gauls’’ by Julius Cesar. Or else, our readings on our Indo-European origins and the history of Celtic People.

Vicegaard : Well, like every band we are individuals with different visions and musical tastes. Besides Paganism, it is certain that some Opus really marked us as much as in the musical aspect and ideological. For example, I am inspired a lot by my poetic and philosophic readings lyric-wise, and Darkhos brings his knowledge in musical theory for the music.

6 – Here is a question I ask all Québécois artists that are interviewed for VoV: As Québécois, what do you think about the Nationalist movement among the Quebec metal scene? Do you believe in Québec Independence?

Segomaros : I think it is very good, we must never forget the fact that the Quebecois Folk (not all but most)  have a Gaulish spirit. This Folk has always been Independent and united with others only to win over their enemies, then they were all getting back in on their own. Québécois nationalists should unite to achieve one goal: A free country. But in our times, it is hard to have trustworthy  and like-minded people on your side.

Vicegaard : Concerning Québécois Nationalism, we all have our own personal opinion. For my part, I think that one of the biggest downside of out people is political ignorance. In our educational system we are one of the only places in the world where our universities form people without making them follow a political course. This is ironic, the same way than our slogan «Je me Souviens (I remember)» , which is contradictory since when we want to know about our own history we need to search really deep and some events are almost hidden to the average Québécois. For a strong nation, we need to have educated citizens and I think that the majority don’t even understand the whole thing about Nationalism. Without wanting to have a loser mentality, I lost all hope when I realized how much people tend to choose the easy way and inaction. I am really deceived every time I see a so-called Nationalist drinking Sleeman at the St-Jean Baptiste while waving a flag made in China. Being a Pagan band, we can’t really go away from the principle of pride in our origins, but it is to each of us to believe in the project of a free country, that I hope will keep being present in all debates.

7 – What are your future projects? A new release, perhaps?

We are currently deep in a recording session for a new MCD that should be out near the end of 2009. It will contain 4 tracks, 3 new ones and a remake from the album. It will be limited and again self-produced. We have the intention of performing on stage as much as possible to promote our releases.

8 – Thanks a lot for your time, the end is yours!

Thanks for the interview. Glory to the Celtic people!

Comments are closed.

%d bloggers like this: